D'Olympie à Corfou

Nous quittons l’Argolide pour reprendre la route à l’ouest, plus précisément vers Olympie. Ce site fut occupé de façon continue depuis environ 3000 ans avant notre ère. Olympie n’était pas une ville, mais un sanctuaire dédié à Zeus uniquement habité par les gens qui y travaillaient ainsi que par les prêtres du culte.

À partir de 775 ans avant notre ère se tenaient des jeux tous les quatre ans et, quand ils avaient lieux, il pouvait y avoir autour de 40,000 personnes présentes sur le site: marchands, athlètes, artisans, etc. faisaient partie du nombre.

Temple de Zeus

Le Philippeion

Le gymnase

Vers 393 après notre ère, sous l’influence d’Ambroise, évêque de Milan et, comme le site était dédié à des divinités grecques, il ordonna la fin des rites et des cultes païens, et par le fait même, la fin des jeux qui en faisaient partie. Vers 550 après notre ère, des tremblements de terre eurent comme conséquence de détruire complètement le site d’Olympie, ne restant presque que des ruines.

Vous pouvez faire la visite du site à votre guise et à votre rythme: l’endroit est vaste et les bâtiments, enfin ce qu’il en reste, sont bien identifiés. Il y a peu d’ombre sur le terrain, donc vous prémunir en conséquence contre le soleil qui ne manque pas. Pour visiter et admirer les vestiges de ce site, comptez au moins trois heures. Vous pourrez par la suite faire la visite du musée du site antique d’Olympie, ce qui prendra au moins 2 heures. À la sortie du musée, il y a un restaurant où vous pourrez y déguster des mets typiquement grecs.

Temple de Zeus

Patras

Après cette visite au cœur de l’Antiquité, nous poursuivons notre route plus au nord du Péloponnèse pour faire un arrêt à Patras et y passer la nuit. On fait une brève incursion dans cette ville qui est la plus grande du Péloponnèse et la quatrième plus grande de la Grèce. Nous allons visiter la Basilique Saint-André l’Apôtre de Patras, inaugurée en 1974, dont la construction commença en 1908, qui renferme les reliques de la mort de l’apôtre Saint André. Il fut crucifié sous l’empereur Néron, à Patras en l’an 60. L’église Orthodoxe peut contenir 5500 places assises.

Le lendemain, nous traversons le pont Rion-Antirion qui relie le Péloponnèse à la Grèce continentale. D’une longueur totale de 2 883 mètres, ce pont a détenu pendant quatre mois le record de la plus grande longueur de tablier haubané, d’août 2004 à décembre 2004.

Pont Rion-Antirion

Basilique Saint-André l’Apôtre de Patras

Corfou

Pour la prochaine étape, nous nous rendons à Igoumenista pour prendre le traversier qui nous amènera sur l’ile de Corfou. Bordée par la mer Ionniène, cette ile, avec ses 600 Km2 et ses 220 km de côtes, est l’une des plus grande de la Grèce. Le début de son histoire remonte au VIIIe siècle avant notre ère.

Corfou, magnifique ville grecque avec une grande influence italienne, compte tenu que la République de Venise a occupé cette région pendant près de 400 ans. Les bâtiments de la vieille ville de Corfou, datent en partie de la période vénitienne, et depuis 2007, elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Je vous suggère de vous promener dans cette ville chargée d’histoire, de faire un arrêt dans les cafés, restos et aussi dans les boutiques qui vendent des produits locaux, qui remplissent et embaument agréablement ses rues, d’y faire une visite, de parler et d’échanger avec les commerçants et les gens qui y vivent est une expérience enrichissante.

Symbole de l’île de Corfou, le site de la pointe de Kanoni et de l’îlot de Pontikonissi offre un paysage de toute beauté. L’île de Pontikonissi, aussi appelée l’île de la souris, où selon la légende, Ulysse débarqua en voulant regagner Ithaque.

Traversier pour Corfou

Kanoni et Pontikonissi

Ruelle de la vieille ville de Corfou

l’Achilleion

Ce palais construit par l’impératrice Élizabeth d’Autriche-Hongrie (Sissi) en l’honneur d’Achille, héros des récits d’Homère, puis racheté en 1907 par le kaiser Guillaume II, l’Achilleion a été un hôpital lors de la première Guerre mondiale. Il a ensuite été occupé par les militaires allemands et italiens pendant la deuxième Guerre mondiale pour finalement être redonné à la Grèce à la fin de la guerre. C’est alors qu’il a été transformé en casino, puis en musée en 1962.

En 1981, le premier étage de l’Achilleion est utilisé pour la scène du casino de l’épisode de James Bond, « rien que pour vos yeux », mettant en vedette Roger Moore. Aujourd’hui, le site est surtout devenu un musée dédié à ses deux plus célèbres propriétaires

L’Achilleon est un palais grandiose en marbre blanc ayant une superficie d’environ 200 000 m2 comprenant 128 pièces réparties sur trois étages construit par l’architecte italien Raffaele Caritto entre 1889 et 1891. Quand l’impératrice y demeurait, elle habitait le rez-de-chaussée, l’empereur François-Joseph, quant à lui, habitait sur les étages. De nos jours, seul le rez-de-chaussée peut se visiter, on peut compter environ deux heures pour faire la visite du palais et de ses jardins.

En face de l’entrée, un escalier grandiose, fait de marbre et de bronze, est entouré des statues de Zeus et d’Héra. Cet escalier dirige nos regards vers une peinture représentant le Triomphe d’Achille, victoire du héros grec sur le prince Hector, qui donne le ton au visiteur qu’il se trouve dans un palais dédié au personnage des récits d’Homère.

À l’extérieur du palais, la pièce centrale de la terrasse principale est la statue d’Achille mourant. On y retrouve également différentes statues de divinités grecques comme Apollon et Aphrodite pour ne nommer que ceux-ci. Les jardins sont magnifiquement décorés et très bien entretenus avec des oliviers et des citronniers qui donne un peu d’ombre aux visiteurs.

L’Achilleion

Intérieur de l’Achilleion

Achille agonisant

Fin de la deuxième étape

Ainsi s’achève la deuxième étape de ce voyage en Grèce, la prochaine étape nous amènera directement dans les nuages pour connecter avec les divinités, et nous ferons la découverte d’un site dans les montagnes dédié au dieu Apollon.